Chris Carle contacted us about his video work on Irréversible locations in Paris. The beginning of a friendship. Here is an interview in which he talks about his passion of Gaspar Noé's movie and how this passion is transcribed in his artistic daily work. After the interview, you can visit his personal website : www.giraffemitfeuerwaffe.de

 

INTERVIEW

 

Chris, how did you discovered Gaspar Noé's work?
As much as Im admiring Gaspar’s works now,it’s funny that I discovered him just by luck.Some years ago I was an avid user of an Austrian DVD-/movie-board and had heard about "Irreversible" there. When I saw the movie on a supermarket then, I couldn’t resist to simply get it and since me and a friend watched it the later evening, I’m game!

 

Are you self-educated or did you follow a particular artistic path?
I think I really started drawing when I saw the German animation-movie "Werner Beinhart" as a child.I loved it, watched it a hundred times and I was always fascinated by creating something similar to this. I’ve never had any school or something and this is how I work now. No system.. The works are results of simply trial-and-error (and sure, they’re not what you call "technically oriented" or something as you can see.)

 

In your painting work, there - to my knowledge - two different way of working : drawing/painting and the use of graphics tablet. Personally, I love your use of this digital tool. Can you tell us more about your work ?
Well, as Im not a very creative person in general, my works are more like a funny way of re-creating stuff someone else created before and which I love. I really need a personal relationship to the pictures I draw  - be it a certain scene of a movie or a still of a musician that I love. The work itself (with the tablet) starts with a simple map of the most important colours to use, then I go on to connect the colours and get first details. This process keeps going on until I’m satisfied with the work or I just don’t have the passion to go on anymore (laughs). With Adobe Photoshop or Corel Painter you have a powerful software to work with, but you should stay real with your abillities and your intention. Anybody could just copy and paste, that’s no magic.

 

You've directed an interesting documentary about Irréversible locations in Paris. I knew you at this period. Can you talk a little about the context of this video ?
Visiting some of the locations of "Irreversible" in Paris was like a dream come true! Althought it’s like a decade ago now since the movie was filmed there, you get a feeling of the movie if you’re a fan like me. A lot things changed (like the underground-tunnel, which just disappeared from the street),but there are many little details to still discover on the streets or at the Metro. The filming of the "docu" was  just a co-product of the whole trip. We (me and my girlfriend) visited "Buttes Chaumont" and "Boulevard Berthier". If any fan liked my little "docu" I’m more than satisfied!
Go out and explore Paris, what a great city!

 

Imagine you're talking about Gaspar to somebody who NEVER heard about him : what would you tell him about ?
I don’t need to imagine that,it’s my daily business. There’s always music or movies to talk about and Gaspar – as one of my favourite director’s – is a vivid topic in my conversations. What I really learned when introducing works of him: You need an open minded conversational partner. I mean it’s not like the newest standard blockbuster 3D to show, it’s art, pretty "tough" art. I often try to explain some technical stuff behind his works or talk about other background information in order to give a first impression about HOW he works. If someone’s interested in it, a link to your website would be the next step! (laughs.) Here you get all the details! Thank you very much for your interest and  the interview!"

 

"Gaspar Noé is a vivid topic in my conversations"

"Gaspar Noé est un sujet important dans mes conversations"

FAN OF THE MONTH / LE FAN DU MOIS

CHRIS CARLE

1/2

Chris Carle nous a contacté à propos de sa vidéo sur les lieux de tournage d'Irréversible à Paris. Le début d'une amitié. Voici une interview dans laquelle il parle de sa passion pour les films de de Gaspar Noé et comment cette passion s'est transmise dans son travail artistique quotidien. Après l'interview, vous pourrez visiter son site personnel : www.giraffemitfeuerwaffe.de

 

INTERVIEW

 

Chris, comment as-tu découvert l'œuvre de Gaspar Noé ?

Autant que je puisse admirer le travail de Gaspar maintenant, c'est drôle que je l'ai découvert par chance.  Il y a quelques années, j'étais un membre fervent d'un comité autrichien de films et j'ai entendu parler d'Irréversible là-bas. Quand j'ai vu le film dans un supermarché, je n'ai pas pu m'empêcher de l'acheter, et comme un ami et moi l'avons regardé en fin de soirée, j'étais dedans !

 

 

Es-tu autodidacte ou as-tu suivi une voie artistique particulière ?

Je crois que j'ai vraiment commencé à dessiner lorsque j'ai vu le film d'animation allemand "Werner Beinhart" en étant enfant. Je l'ai adoré, je l'ai vu des centaines de fois, et j'ai toujours été fasciné par créer quelque chose de similaire. Je n'étais jamais allé à l'école ou quoique ce soit, et c'est comme ça que je travaille maintenant. Pas de système… Mes travaux sont le résultat d'un simple "essai-et-erreur" (et évidemment, ils ne sont pas ce que tu appelles "techniquement orientés" comme tu peux le voir.)

 

Dans tes peintures, il y a - dans ce que je sais -  deux manières de travailler : dessiner/peindre et l'utilisation d'une tablette graphique. Personnellement, j'adore ton utilisation de cet outil numérique. Peux-tu nous en dire plus sur ton travail ?
Eh bien, comme je ne suis pas quelqu'un de très créatif en général, mon travail est comme une façon amusante de recréer des choses que quelqu'un a déjà créé avant et que j'adore. Je dois vraiment avoir une relation personnelle avec les images que je dessine - que ce soit une scène d'un film ou une photo d'un musicien que j'adore. Le travail en lui-même (avec la tablette) commence avec un plan des couleurs les plus importantes à utiliser, puis je continue en connectant les couleurs pour avoir les premiers détails. Ce processus continue jusqu'à ce que j'en sois satisfait ou que je n'ai plus la patience de continuer (rires). Avec Adobe Photoshop ou Corel Painter, on a des logiciels puissants avec lesquels travailler mais il faut être réaliste quant à tes capacités et intentions. N'importe qui peut copier-coller, ce n'est pas magique.

 

Tu as réalisé un documentaire intéressant sur les lieux d'Irréversible dans Paris. Je te connaissais à cette époque. Peux-tu parler un peu du contexte de cette vidéo ? 

Visiter quelques lieux d'Irréversible à Paris était comme un rêve devenu vrai! Bien que ça fait maintenant déjà dix ans que le film a été tourné là-bas, tu ressens le film si tu es un fan comme moi. Beaucoup de choses ont changé (comme le tunnel sous-terrain qui a tout simplement disparu de la rue), mais il y a plein de détails à découvrir encore dans les rues ou dans le métro. Le tournage du "docu"  n'était que le résultat de la totalité du séjour. Nous (moi et ma copine) avons visité les Buttes Chaumont et le Boulevard Berthier. Si un fan a aimé mon petit "docu", je suis plus que satisfait ! Sortez et visitez Paris, quelle ville superbe ! 

 

Imagine que tu parle de Haspar à quelqu'un qui n'a JAMAIS entendu parler de lui : que lui dirais-tu ? 

Je n'ai pas besoin de l'imaginer, c'est mon problème quotidien. On peut toujours parler de musiques ou de films et Gaspar - l'un de mes réalisateurs préférés - est un sujet important dans mes conversations. Ce que j'ai vraiment appris en présentant ses œuvres: tu dois être un interlocuteur ouvert d'esprit. Je veux dire, ce n'est pas comme s'il s'agissait d'un nouveau blockbuster en 3D, c'est de l'art, de l'art assez "dur". J'essaie souvent d'expliquer des choses techniques derrière ses œuvres ou je donne d'autres informations afin de donner une première impression sur COMMENT il travaille. Si ça intéresse quelqu'un, un lien vers ton site devrait être la prochaine étape ! (rires) Merci beaucoup pour ton intérêt et pour l'interview !

No time for hesitation, the flights were booked, a hotelroom near the theatre. Berlin is 650km from my hometown, but who cares? I’m about to meet that guy that changed my view on modern cinema.


Luckily I got tickets for this event pretty quickly because on location it will be clear that a lot of people are still trying to get some. Of course, the 150 seats are sold out.


Oh well, while waiting inside the theatre I hear that not only Gaspar would be present, but also main-actress Aomi Muyock.


The clock counts 8 and all of a sudden a bold-headed man with mustache walks in, a young brunette lady next to him. Yep!


A very nervous host gives a rather flat intro to Noe’s films and his style, then Noe and Muyock wish us to enjoy the movie.


“LOVE:3D starts!
Between the 2 hours running time both appear from time to time one row in front of me, whispering and laughing about certain scenes. “The End” appears.


Noe and Muyock get in front of the screen again, the audience is applauding. What follows is a pretty detailed Q/A session and I try to give you an impression about it with the help of a few notes and my memory:


The first question is about whether Noe took his inspirations from using psychoactive drugs.
Noe warns that he would never recommend to use such drugs and some of the worst experiences of his life would be from taking ayahuasca with his friend Jan Kounen in Peru some time ago. It was nightmarish and exhausting, he says. On “Irreversible” some members of the crew used cocaine and so did he to “strengthen” his body for the exhausting shoot. “LOVE” should be a good example of what could go wrong when taking drugs.


Love is the strongest drug
Noe says that he can’t stand to see wars, weapons and violence anymore and he doesn’t understand why these topics were so common in movies. He doesn’t understand what’s wrong with showing love and sex (related to the USA and Russia). His film was about true love WITH sex, because he’d never find such a feature film before. The most beautiful result of sex were children (!).


Noe tells us a bit about his childhood, growing up in different countries and about his parents. They weren’t real hippies, but they always taught him that life is about love. Love was the strongest drug on earth, both gives you an incredible High and the worst Downer, too.


He says love even works as a biochemical mechanism in our body, which explained the strong feelings. “Is there anybody in this room who never had such a feeling, he may raise his hand.” Some row in front of me someone raises a hand. Noe: “Then I wish you a good High”, laughs. „What’s the most important thing in life?…It’s love.

Aomi, how was that experience to film „Love“?
„Ask me again in 2 or 3 years.“ The young lady seems a bit shy and asks for Karl Glusman to help her. Karl isn’t there this evening, but it’s clear that he would be a bit “talky”. Muyock says that she is not an actress and she was never really interested in being one. When Noe asked her to join the movie, she knew “I stand alone” and loved it. Then she saw “Irreversible” and was shocked. She liked the movie, but she was afraid that every kind of violence would just lead to more violence and spread around.


Filming “Love” was a great experience and fun, but she would never compare it to a real life experience like living 1 week in a 3rd world country. That wasn’t comparable.

The „strange“ relationship to Karl
This question was about the „physical interaction“ between the two actors.
Aomi says that Karl was a very polite and respectful colleague, but they never had any flirt or even a kiss behind the camera. They liked to work with each other and there had been good days and bad days, but at the end it was nothing more than work.

A few anecdotes about the making of the film
Some of you may know how this movie developed. Noe tells us about it, his work with Bellucci und Cassel (which ultimately led to “Irreversible”). “Danger” was the name of the first script for “LOVE”, but at this time both actors (Bellucci/Cassel) had denied it.


He also says that Karl’s manager asked him to leave the project and [Noe] said [to Karl] “Fire him and join my movie” – which he did.


There were problems with financing the movie and Noe already feared to do it with his own money. 2 days before starting to shoot Vincent Maraval (Wild Bunch film) called Noe and told him that he got the money. Noe says that Vincent was his best friend and he was happy to have him for a little role in the movie, too.

Murphy is a filmma….
(Murphy is the character played by Karl Glusman. In the movie he claims that he’s a filmmaker all the time)
„No, Murphy is NO filmmaker!


He maybe has one job at the TV, but he has never made a shortfilm or anything. He is a WANNABE filmmaker. The only film he ever did was filming Elektra.“
 
„What’s the blinking?“
(Similar to „Enter The Void“, there is a blinking effect in „LOVE“.)


Noe says that he used this effect because of working in 3D. He wanted the movie to be as static as possible to relax the eyes of the audience. The blinking was a way to split scenes gently and avoid camera movies. It also worked to help cutting out bad takes.

Bad critics
Gaspar tells us that most of the bad critics went to actor Karl Glusman. He (Noe) couldn’t understand it at all, as he thought he had acted very authentic and smart. It was a bad fashion now that everyone was just looking to share bad mood. For example he says that there were people who liked “LOVE”, but complained about the title-sequences.
 
“Why did the boy really cry?”
A question that I had asked myself, too. In the movie there is a scene where Murphy is crying in a bathtub and a boy gets inside the room to solace him.


Gaspar laughs and tells us that this was the most complicated shot. He had needed 2 hours to shoot it. At first they had tried to get the boy inside the room with the help of toys behind the camera. The first problem was that the bathtub was too high for the boy to get inside. The second problem was “…that Karl wasn’t his real dad and the boy simply gave a fuck about him.”, laughs.


The factor that really made the boy cry was the fear of having to get a shower. He was just afraid of the water jet. Aomi interrupts Noe and asks “Wasn’t it the problem with the change of the water temperature?” Noe laughs and tells us that this was really a problem when they did the shots with Aomi in the shower. The water temperature had changed from extreme hot to extreme cold all the time.


The moderator ends the session. For me it seems like Noe would’ve talked through the whole night if no one had stopped him. When you look at him, at first he seemed a bit stressed and talked so fast that you could barely follow him. Then he relaxed and you could feel that he started to speak from his heart and he just loves what he’s doing.


The topic “love” that we’ve been surrouned by this evening completely erased all the “bad guy” clishees we all have heard about Noe – for me this feels pretty good.


Applause by the audience. A companion tells me that they need to go now because they had to take a flight to Munich at 6 o’ clock the next morning, press conference. I hurry and run into Gaspar on the way upstairs. I send him some greetings from our lovely webmaster Frederic, he thanks and also takes the time to sign a photo for me. Outside we have a very small smalltalk again, shake hands and I leave back to the hotel.


That’s it. That was my day in Berlin. And now everybody out there grab a ticket for “LOVE:3D”!
 

Chris Carle: "LOVE:3D“ Preview in Berlin with Gaspar Noé

Pas le temps d'hésiter, le voyage était organisé, une chambre d'hôtel prêt du cinéma. Berlin est à 650 km de chez moi, mais qu'importe ? Je suis sur le point de rencontrer ce mec qui a changé ma vision du cinéma moderne. 


Heureusement, j'ai pu avoir des billets pour l'événement assez rapidement car sur place, c'est sûr que de nombreuses personnes essaient encore d'en avoir. Bien sûr, les 150 places sont déjà vendues. 


Oh et pendant que j'attends dans le cinéma, j'entends que non seulement Gaspar serait présent, mais également l'actrice principale Aomi Muyock.


L'horloge affiche 8 heures, et soudain un homme chauve moustachu entre, une jeune femme brune à côté de lui. Yep !


Un hôte très nerveux donne une introduction plutôt plate des films de Noé et de son style puis Noé et Muyock nous souhaite d'apprécier le film.


“LOVE 3D commence !
Pendant les deux heures, un rang en face du mien, se mettait de temps en temps à chuchoter ou rire sur certaines scènes. "The End” apparraît.


Noé et Muyock se présentent de nouveau devant l'écran, le public applaudit. Ce qui suit est une séance de questions/réponses assez détaillée et j'essaye de vous en donner un aperçu grâce à l'aide de quelques notes et de ma mémoire : 


La première question était de savoir si Noé s'inspirait en utilisant des substances psychoactives. 

Noé avertit qu'il ne recommanderait jamais d'utiliser de telles drogues et que l'une de ses pires expériences fut de prendre de l'ayahuasca avec son ami Jan Kounen au Pérou quelques années plus tôt. C'était cauchemardesque et épuisant, dit-il. Sur "Irréversible", certains membres de l'équipe ont pris de la cocaïne, tout comme lui pour "renforcer" son corps pour le plan épuisant. "LOVE” devrait être un bon exemple de ce qui pourrait mal arriver en prenant des drogues.


L'amour est la plus forte des drogues 
Noé disait qu'il n'en pouvait plus de voir des guerres, des armes et de la violence et ne comprend pas pourquoi ces sujets sont si communs au cinéma. Il ne comprend pas ce qu'il y a de mal à montrer de l'amour et du sexe (en référence aux USA et à la Russie). Son film parlait de l'amour vrai AVEC du sexe, car il n'avait jamais trouvé de tel long-métrage auparavant. Le plus beau résultat du sexe est de donner naissance à des enfants !

 


Noé nous a un peu parlé de son enfance, durant laquelle il a grandi dans différents pays, et nous a parlé de ses parents. Ils n'étaient pas des vrais hippies, mais lui ont toujours appris que la vie, c'est de l'amour. L'amour était la plus forte des drogue sur Terre, te faisant autant planer que déprimer. 

 

Il disait que l'amour fonctionnait également comme un mécanisme biochimique dans notre corps, expliquant les sentiments forts. "Si quelqu'un dans cette salle n'a jamais vécu de tels sentiments, qu'il lève la main". A quelques rangs devant moi, quelqu'un lève la main. Noé : "Alors, je te souhaite une bonne défonce !". Il rit. "Quelle est la chose la plus importante dans la vie ? L'amour."



Aomi, comment c'était de tourner Love ?
"Redemandez-moi dans 2 ou 3 ans". La jeune femme semble un peu timide et demanderait probablement à Karl Glusman de l'aider. Karl n'est pas là ce soir, mais c'est clair que celui-ci serait "bavard". Muyock raconte qu'elle n'est pas actrice et qu'elle n'a jamais vraiment voulu l'être. Lorsque Noé lui a proposé de faire partie du film, elle connaissait "Seul contre tous" et l'a adoré. Puis elle a vu "Irréversible" et a été choquée. Elle a aimé le film mais elle avait peur que toute forme de violence amène à encore plus de violence pour se propager autour.

 

Tourner "Love" était une grande expérience et marrante, mais elle ne comparerait jamais ça à une expérience réelle, comme vivre pendant une semaine dans un pays du tiers-monde. C'est incomparable. 

 

 

"L'étrange" relation avec Karl
Cette question concernait les "interactions physiques" entre les deux acteurs. Aomi dit que Karl était un collègue très poli et respectueux, mais n'ont pas flirté ni échangé de baiser derrière la caméra. Ils ont aimé travailler l'un avec l'autre, et il y a eu quelques bons et mauvais jours, mais au final, ce n'était rien de plus que du travail.

 


Quelques anecdotes sur la fabrication du film
Certains d'entres vous savent sûrement comment le film s'est développé. Noé nous a évoqué son travail avec Bellucci et Cassel (qui a finalement abouti à Irréversible). "Danger" était le nom du premier scénario de "Love" mais à l'époque, les deux acteurs (Bellucci/Cassel) l'ont refusé. 

 

Il a également dit que l'agent de Karl lui a demandé de partir du film et [Noé] a dit [à Karl] "Renvoie-le et rejoins mon film" - ce qu'il a fait.

 

Il y eut quelques problèmes pour financer le film et Noé a craint de devoir le faire avec son argent personnel. Deux jours avant le début du tournage, Vincent Maraval (Wild Bunch) a appelé Noé et lui a dit qu'il avait l'argent. Noé raconte que Vincent était son meilleur ami et qu'il était content de l'avoir pour un petit rôle dans le film.

 


Murphy est un réalis…
(Murphy est le personnage joué par Karl Glusman. Dans le film, il prétend tout le temps être un réalisateur)

"Non, Murphy n'est PAS réalisateur !

 

Il a peut-être eu un job à la télé, mais n'a jamais réalisé de court-métrage ou quoique ce soit. Il est un ASPIRANT réalisateur. Le seul film qu'il n'ait jamais fait était de filmer Electra."

 

"Qu'est-ce que sont ces clignements ?“
(Comme dans "Enter The Void“, il y a des effets de clignotements dans "LOVE“.)


Noe dit qu'il a utilisé cet effet à cause de la 3D. Il voulait que le film soit le plus fixe possible pour soulager les yeux des spectateurs. Les clignotements étaient une manière de séparer les scènes doucement en évitant des mouvements de caméra. Ça a aussi aidé pour couper les mauvaises prises. 

 


Critiques négatives
Gaspar nous raconte que la plupart des critiques négatives étaient contre l'acteur Karl Glusman. Il (Noé) ne comprenait pas du tout, car il trouvait qu'il avait joué très authentiquement et intelligemment. Tout le monde ne cherchait qu'à partager des remarques négatives. Par exemple, il raconte que des gens ont aimé "LOVE", mais se sont plaint du générique.
 
“Pourquoi le bébé pleurait-il ?”
Une question que je me suis égalemet posée. Dans le film, il y a une scène dans laquelle Murphy pleure dans sa baignoire et un garçon rentre dans la pièce pour le réconforter. 

 

Gaspar rit et nous dit que c'était le plan le plus compliqué. Il avait besoin de 2 heures pour la filmer. En premier, ils ont essayé de faire rentrer le garçon avec l'aide de jouets derrière la caméra. Le premier problème était que le bain était trop haut pour que le garçon puisse rentrer dedans. Le deuxième problème était "…que Karl n'était pas son vrai père et le garçon n'en avait tout simplement rien à foutre de lui", rires. 

 

Ce qui a vraiment fait pleurer le garçon était sa crainte de devoir prendre une douche. Il était juste effrayé par le jet d'eau. Aomi interrompt Noé et lui demande : "Ce n'était pas le problème du changement de température de l'eau ?". Noé rit et nous raconte que c'était un réel problème lorsqu'ils ont tourné la scène avec Aomi dans la douche. La température passait tout le temps de très brûlant à très froid.


Le modérateur arrête la séance. Pour moi, j'avais l'impression que Noé aurait pu parler toute la nuit si personne ne l'arrêtait. Quand on le regarde, au départ il semblait être stressé et parlait si vite qu'on ne pouvait presque plus le suivre. Puis il s'est relaxé et on pouvait sentir qu'il parlait avec son cœur et qu'il aime ce qu'il fait. 

 

Le sujet sur l'amour par lequel nous avons été entourés a complètement effacé tous les clichés sur le "mauvais personnage" qu'on a tous entendus à propos de Noé - pour moi, ça fait du bien.
 

Applaudissements du public. Quelqu'un qui m'accompagne me dit qu'ils doivent y aller car ils ont un vol pour Munich à 6 heures le lendemain matin, pour une conférence de presse. Je me dépêche et vais voir Gaspar. Je le salue de la part de notre adoré webmaster Frédéric, il me remercie et prend également le temps de me signer un autographe. Dehours, nous avons une très courte conversation, nous serrons la main puis je retourne à l'hôtel.


Voilà. C'était ma journée à Berlin. Et maintenant, que tout le monde achète un ticket pour "LOVE:3D”!
 

CHRIS IS FROM GERMANY

CHRIS VIENT D'ALLEMAGNE

 

 

www.letempsdetruittout.net is non official & independent, dedicated to the cinema of Gaspar Noé. Its content does not engage the responsibility of Gaspar Noé. All medias (images, videos, texts...) belong to their respective authors and the webmasters guarantee a non-commercial use. Layout : Alexis Veille.

 

 

 

 

 

RSS Feed