Fabrice du Welz est le réalisateur de Calvaire (avec Laurent Lucas, Jackie Berroyer, Philippe Nahon, Jo Prestia...) et de Vinyan (avec Emmanuelle Béart et Rufus Sewell)


Fabrice, à la lecture de votre blog consacré à Vinyan - dont l'aventure s'est terminée en octobre dernier - on vous a senti progressivement désappointé, notamment à cause de l'accueil critique du film en France. Ne pensez-vous pas qu'à force de dénigrer une certaine frange du cinéma, la critique francophone (dont les "fers de lance" médiatiques sont obligés, désormais, de faire cadeau de bracelet ou de bob pour l'été...) est en train de pousser les réalisateurs, dans le meilleur des cas, à aller voir ailleurs (les USA) et dans le pire, à ne plus pouvoir tourner, du moins, comme ils le désirent ?


En effet, j’ai été un peu perturbé par l’accueil critique d’une certaine presse française à l’égard de VINYAN. J’ai même été surpris de la véhémence de certains journalistes qui s’en prenaient directement à moi, à mes soit-disant prétentions et à mes figures de style. Aujourd’hui, je relativise et je me dis que j’ai voulu faire un film épidermique, il est donc normal qu’il suscite des réactions épidermiques.
Que certains réalisateurs français partent faire des films aux Etats-Unis n’est pas une conséquence de la presse, ce serait leur faire trop d’honneur, non, si certains camarades tentent l’aventure américaine c’est surtout par opportunité, envie et défi. Les dénouements sont rarement heureux et en ce qui me concerne, même si j’ai des propositions, je n’en suis pas là.  Fort de l’expérience de mes deux premiers films, je cherche principalement à trouver le public, tout en gardant ma ligne artistique. C’est aujourd’hui mon seul objectif.


Il est intéressant de lire sur des sites anglo-saxon que, selon eux, la France est en train de proposer une sorte de renouveau du film de genre - French wave - alors qu'ici, critiques et cinéphiles (oui, eux aussi) ne semblent toujours pas se rendre compte de ce bond qualitatif qu'ils appelaient de leurs voeux depuis des années... Une forme plus soignée, "à l'américaine", plus d'action, de gore, de frontalité dans les sujets, de nouveaux visages... Vous êtes bien entendu totalement concerné, que ce soit avec Calvaire ou Vinyan...D'après vous, quel(s) film(s) a(ont) joué le rôle de déclencheur ?


Dans certains festivals du monde entier que j’ai fréquenté, je rencontre souvent des gens qui me parlent avec beaucoup d’enthousiasme de cette « Horror French Wave ». Beaucoup y voient une génération innovante et très énervée.
Certes en France, il existe de plus en plus de cinéastes qui veulent faire du cinéma de genre, ils ont souvent tous en commun d’avoir grandi avec Mad Movies ou Starfix, dans un certain culte du cinéma de genre 70’ Américain, Italien, Espagnol ou encore Asiatique tout regardant compulsivement des VHS. Pourtant ces réalisateurs ne partagent pas ou peu de thématique commune ni de courant esthétique commun. Il s’agit principalement d’univers très différents qui s’expriment de manière spontanée et libre et je serais très curieux de voir ce qu’il restera de cette soi-disant « French Wave » dans 5-10 ans… Ici, nous sommes très loin d’une industrialisation du cinéma de genre comme nous pouvons en voir aux US, au Japon ou même en Espagne. Voilà pourquoi chaque film de genre en France est unique et singulier. C’est un cinéma de prototype. Parfois, certains prototypes sortent du lot et inspirent une nouvelle génération. Je pense ici à « Dobermann », « Le Dernier Combat », « Haute Tension » ou encore «C’est Arrivé près de Chez Vous »…


J'en viens à Gaspar Noé : quand et comment l'avez-vous connu ?


Au Festival de l’Etrange de Paris au milieu des années 90, j’étais un jeune homme de 23 ans qui rêvait de faire du cinéma et je me souviens avoir été très impressionné par CARNE. Puis par SEUL CONTRE TOUS quelques années plus tard. J’ai été en contact avec lui après mon court-métrage…


Que pensez-vous de Carne, Seul contre tous et Irréversible ?


Je les aime passionnément. Ils résonnent en moi. Certains films font grandir et inspirent, CARNE, SEUL CONTRE TOUS et IRREVERSIBLE font partie de ceux-là.


On connait la manière dont il a découvert Benoit Debie lors de la projection de votre court-métrage, Quand on est amoureux, c'est merveilleux. Finalement, vous pouvez vous "vanter" d'être en partie à l'origine de la qualité du rendu d'Irréversible, tant le film est marqué esthétiquement ! Mais qu'est-ce qui distingue visuellement le travail que Benoit propose pour vos films de celui des films de Gaspar ?


Voilà surtout une question pour Benoit. Ce que je peux dire c’est que Benoit et moi sommes proches. Depuis nos débuts, il existe entre nous, sur un plateau une espèce d’osmose particulière. Nous partageons le même goût pour la lumière naturelle, les contrastes, l’aventure, les décors baroques, les ambiances moites, le sordide et les tournages en nature hostile. J’essaie de faire intervenir Benoit très tôt dans la préparation de mes films et nous avons toujours beaucoup de plaisir à concevoir et à expérimenter ensemble.
Pour ce que j’en sais, sur les films de Gaspar, jusqu’ici plus urbain, Benoit est plus en danger. Il y a moins de préparation, Gaspar communique moins et Benoit doit s’adapter à beaucoup de situations souvent périlleuses… Sur IRREVERSIBLE, Benoit –dont c’était le premier long- travaillait pour Gaspar. Sur ENTER THE VOID, je crois savoir que Benoit avait un pouvoir de propositions plus libre que pour IRREVERSIBLE.
Le cinéma que j’essaie de « construire » est différent de celui de Noé, je ne les compare pas et je ne cherche pas à me comparer à Noé, pourtant je pense qu’esthétiquement nous cherchons dans la même direction…


Toujours sur votre blog, en février 2007, vous annonciez le retour du Japon de Benoit, où il tournait Enter the Void. Vous ajoutez "Là-bas aussi les problèmes ont été nombreux...". Pouvez-vous nous en dire un peu plus sans nuire au film ?


J’avais de temps en temps Benoit au téléphone qui me parlait de son quotidien sur ENTER THE VOID, il évoquait surtout quelques problèmes inhérents à n’importe quel tournage ambitieux à l’autre bout du monde…


N'en avez-vous pas marre qu'on cherche toujours à vous comparer (notamment à Gaspar), en bien comme en mal, avec d'autres réalisateurs (que souvent vous appréciez, par ailleurs) plutôt que de mettre en avant les qualités propres de votre équipe et vous ? Juste une histoire d'étiquette à la française ou la volonté de vous ranger dans un tiroir et de vous y enfermer à clé en espérant que vous ferez moins de bruit ?


J’y vois surtout beaucoup de paresse intellectuelle de la part d’une certaine presse. C’est vite dit et franchement ça ne pisse pas loin.  Ce n’est pas parce que j’aime moi aussi les beaux génériques début et fin, que je travaille avec Benoit Debie, que j’aime les ambiances troubles, que je soigne le son et la forme mes films que je me prends pour Noé, Coppola ou encore Herzog… Je suis moi-même et je développe mon propre univers sans complexes et librement. Lors de l’avant-première de VINYAN, j’ai fait part à Gaspar de mon agacement à ce sujet. Souriant, il m’a dit qu’il y a 10 ans certains journalistes le traitait souvent de sous-Caro et Jeunet. Il a ajouté que souvent certains critiques ont ce besoin impérieux de rabaisser les jeunes réalisateurs… Il a probablement raison. En fait, à vrai dire, je m’en fous, je fais ce que j’ai à faire. Je ne peux pas faire autrement. Je suis un jeune réalisateur, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre et -je l’espère beaucoup de films à réaliser. Alors honnêtement la presse, les étiquettes, ce qu’on dit, pense, croit de moi, j’essaie de ne pas trop savoir, surtout quand c’est mauvais et je continue mon chemin…


La France, toujours la France... Mais quel est l'accueil de vos films en Belgique ?


En Belgique, c’est pareil qu’en France. Mes films provoquent souvent des réactions fortes. Certains y voient du talent, d’autres y voient beaucoup de poses et de vacuité. Allez savoir…


Peut-on espérer revoir l'immense Philippe Nahon dans vos prochains films ? A ce propos, quels sont vos projets?


Certainement. Dès que j’ai une nouvelle occasion de retravailler avec Philippe, je le ferais. Je l’aime sincèrement beaucoup.
Aujourd’hui mes projets personnels sont un poil compromis à la suite de l’échec commercial de VINYAN.
Je lis donc des scénarios que l’on m’envoie et je rencontre des gens qui me proposent différents projets. Il n’est donc pas exclu que je commence un film de commande rapidement… Ce qui me ferait le plus grand bien.



Un grand grand merci à M. Fabrice Du Welz pour sa gentillesse et sa disponibilité.


This interview has been translated automatically.

Fabrice du Welz is the director of Calvaire (with Laurent Lucas, Jackie Berroyer, Philippe Nahon, Jo Prestia ...) and of Vinyan (with Emmanuelle Béart and Rufus Sewell)


Fabrice, reading your blog dedicated to Vinyan - whose adventure ended last October - you have gradually felt disappointed, especially because of the critical reception of the film in France. Don't you think that by dint of denigrating a certain fringe of cinema, the French-speaking critic (whose media "spearheads" are now obliged to give a gift of a bracelet or a bob for the summer ...) is pushing the directors, in the best of cases, to look elsewhere (the USA) and in the worst, to no longer be able to shoot, at least, as they wish?


Indeed, I was a little disturbed by the critical reception of a certain French press towards VINYAN. I was even surprised by the vehemence of certain journalists who attacked me directly, my so-called pretensions and my figures of speech. Today, I put things into perspective and tell myself that I wanted to make an epidermal film, so it is normal that it arouses epidermal reactions.

That certain French directors go to make films in the United States is not a consequence of the press, it would be doing them too much honor, no, if certain comrades attempt the American adventure it is above all out of opportunity, desire and challenge. The outcomes are rarely happy and as far as I am concerned, even if I have proposals, I am not there yet. With the experience of my first two films, I mainly try to find the public, while keeping my artistic line. This is my only goal today.


It is interesting to read on Anglo-Saxon sites that, according to them, France is proposing a kind of revival of genre film - French wave - while here, critics and cinephiles (yes, them too) do not still do not seem to realize this qualitative leap that they have been calling for for years ... new faces ... You are of course totally concerned, whether with Calvaire or Vinyan ... In your opinion, which film (s) played the role of trigger?


In some festivals around the world that I have attended, I often meet people who talk to me with great enthusiasm about this "Horror French Wave". Many see it as an innovative and very edgy generation.

Certainly in France, there are more and more filmmakers who want to make genre cinema, they often all have in common having grown up with Mad Movies or Starfix, in a certain cult of 70 'American, Italian, genre cinema, Spanish or Asian while compulsively watching VHS. Yet these directors share little or no common theme or common aesthetic trend. It is mainly a question of very different universes which express themselves in a spontaneous and free way and I would be very curious to see what will remain of this so-called “French Wave” in 5-10 years… Here, we are very far from an industrialization of genre cinema as we can see in the US, in Japan or even in Spain. This is why each genre film in France is unique and singular. It is a prototype cinema. Occasionally, some prototypes stand out and inspire a new generation. I am thinking here of "Dobermann", "The Last Fight", "High Tension" or "It Happened Near You" ...


I come to Gaspar Noé: when and how did you know him?


At the Festival de l'Etrange in Paris in the mid-90s, I was a 23-year-old young man who dreamed of filming and I remember being very impressed with CARNE. Then by I Stand Alone a few years later. I was in contact with him after my short film ...


What do you think of Carne, I Stand Alone and Irreversible?


I love them passionately. They resonate with me. Some films make you grow and inspire, CARNE, I Stand Alone and IRREVERSIBLE are among them.


We know the way in which he discovered Benoit Debie during the screening of your short film, When we are in love, it's wonderful. Finally, you can "boast" of being partly responsible for the quality of the rendering of Irreversible, as the film is marked aesthetically! But what visually distinguishes the work that Benoit offers for your films from that of Gaspar's films?


This is mainly a question for Benoit. What I can say is that Benoit and I are close. Since our beginnings, there has existed between us, on a plateau, a particular kind of osmosis. We share the same taste for natural light, contrasts, adventure, baroque sets, moist atmospheres, sordid and hostile nature shoots. I try to involve Benoit very early in the preparation of my films and we always have a lot of fun designing and experimenting together.

As far as I know, on Gaspar's films, so far more urban, Benoit is more in danger. There is less preparation, Gaspar communicates less and Benoit has to adapt to many often perilous situations… On IRREVERSIBLE, Benoit - of which it was the first long - worked for Gaspar. On ENTER THE VOID, I understand that Benoit had a freer power of proposals than IRREVERSIBLE.

The cinema that I'm trying to "build" is different from Noah's, I don't compare them and I don't try to compare myself to Noah, yet I think that aesthetically we are looking in the same direction ...


Also on your blog, in February 2007, you announced the return of Benoit from Japan, where he was filming Enter the Void. You add "There were also many problems there ...". Can you tell us a little more without damaging the film?


From time to time I had Benoit on the phone who spoke to me about his daily life on ENTER THE VOID, he especially mentioned some problems inherent in any ambitious shoot on the other side of the world ...


Are you not fed up with people always trying to compare you (in particular to Gaspar), for good and bad, with other directors (whom you often appreciate, moreover) rather than highlighting the qualities? own your team and you? Just a story of French etiquette or the desire to put yourself in a drawer and lock yourself in it, hoping that you will make less noise?


Above all, I see a lot of intellectual laziness on the part of a certain press. It is quickly said and frankly it does not piss far. It is not because I also like the beautiful opening and ending credits, that I work with Benoit Debie, that I like murky atmospheres, that I take care of the sound and the form of my films that I take myself for Noah. , Coppola or even Herzog… I am myself and I develop my own universe without complexes and freely. During the preview of VINYAN, I told Gaspar about my annoyance about this. Smiling, he told me that 10 years ago some journalists often called him sub-Caro and Jeunet. He added that often some critics have this compelling need to belittle young directors… He is probably right. Actually, frankly, I don't care, I do what I have to do. I can not do otherwise. I am a young director, I still have a lot to learn and - I hope a lot of films to make. So honestly the press, the labels, what we say, think, believe in me, I try not to know too much, especially when it's bad and I continue on my way ...


France, always France ... But how is the reception of your films in Belgium?


In Belgium, it's the same as in France. My films often provoke strong reactions. Some see it as talent, others see a lot of poses and emptiness. Who knows…


Can we hope to see the immense Philippe Nahon again in your next films? In this regard, what are your projects?


Certainly. As soon as I have a new opportunity to work with Philippe again, I will. I sincerely like him very much.

Today my personal projects are a bit compromised following the commercial failure of VINYAN.

So I read scripts that are sent to me and I meet people who offer me different projects. It is therefore not excluded that I start a commissioned film quickly… Which would do me the greatest good.


A big thank you to Mr. Fabrice Du Welz for his kindness and his availability.

Fabrice du Welz

Réalisateur

Director

LTDT. Entretien avec Fabrice du Welz. Le Temps Détruit Tout [en ligne]. Publié le 24 décembre 2008. Consultable à l'adresse : http://www.letempsdetruittout.net/interviews/fabrice-du-welz

✓ Texte copié

Le Temps Détruit Tout — 2021

Site non officiel dédié à Gaspar Noé